Tech 1 Racing fait le plein d’enseignements à Zandvoort

 
 
Tech 1 Racing faisait ses premiers tours de roues en sprint dans le cadre du Blancpain GT World Challenge Europe le week-end dernier à Zandvoort. Entre nouveau circuit, nouveau format de course et nouveaux pilotes, la structure toulousaine a récolté des informations précieuses pour le développement de sa Lexus RC F GT3.

Pour sa découverte du sprint, Tech 1 Racing s’appuyait sur Jack Hawksworth et Aurélien Panis, un équipage inédit qui devait également prendre ses marques à Zandvoort. 
 
Malgré des conditions ne facilitant pas l’apprentissage avec l’arrivée de la pluie durant les premiers essais libres et une piste encore mouillée au début de la seconde séance, Tech 1 Racing était l’une des équipes les plus productives en bouclant soixante-deux tours vendredi. 
 
La météo était toujours piégeuse samedi matin lors des qualifications. Premier à l’œuvre sur le tracé néerlandais détrempé, Aurélien Panis devait se contenter de la vingt-cinquième position avant que Jack Hawksworth ne signe le dix-huitième temps dans des conditions plus clémentes.
 
Disputée l’après-midi, la première course voyait Aurélien Panis gagner six places en évitant les embûches et incidents du premier tour avant de dépasser deux nouveaux concurrents après l’intervention de la voiture de sécurité. À mi-parcours, il cédait le volant à Jack Hawksworth. Ressorti dix-huitième du changement de pilote, le Britannique effectuait un relais tout aussi solide pour finir quinzième, à quelques secondes seulement du top dix dans la catégorie Pro.

Forts du rythme prometteur affiché lors de cette première expérience en sprint, les hommes de Simon et Sarah Abadie redoublaient d’ambitions pour la deuxième manche dimanche. Chargé du départ, Jack Hawksworth gagnait immédiatement deux places avant d’enchaîner deux dépassements coup sur coup pour se hisser au quatorzième rang et partir à la poursuite de ses adversaires. Malheureusement, le Britannique devait rentrer définitivement aux stands après dix tours, victime d’une casse de fixation de triangle de suspension à l’arrière gauche.
 
« Ce week-end a mêlé du très bon et un peu de moins bon », analysait Simon Abadie, Team Manager de Tech 1 Racing. « Les défis étaient nombreux, notamment car nous n’avions jamais roulé avec Jack et Aurélien. Les essais libres ne nous ont pas facilité la tâche avec seulement dix tours sur le sec avant de rencontrer des conditions variables se poursuivant jusqu’en qualifications. Notre déficit de roulage sous la pluie nous a coûté cher, mais nous avons pu mettre le doigt sur plusieurs axes de progression. Jack s’est également fait gêner dans les deux derniers secteurs en Q2. Sans cela, il aurait pu prétendre au huitième temps sur le sec, donc nous étions contents de notre niveau de performance et du travail de l’équipe sur les régalages. »
 
« Sur la première course, Aurélien fait un énorme premier relais et Jack aussi. Le ravitaillement s’est un peu moins bien passé puisque nous avons perdu cinq secondes en ressortant quand deux Ferrari rentraient, mais les quinze dernières tours de Jack n’avaient rien à envier au top cinq. Dimanche, Jack a réalisé un superbe départ et revenait vite sur le groupe de tête avant la casse d’une pièce. C’est dommage, car il était très performant et nous aurions aimé voir ce qu’Aurélien pouvait faire en pneus slicks neufs car nous pensons qu’une place dans les dix premiers était à notre portée. »
 
Dès mardi prochain, Tech 1 Racing retrouvera la piste lors des essais Bronze ouvrant la folle semaine des Total 24 Hours of Spa. Fabien Barthez, Timothée Buret, Éric Cayrolle et Bernard Delhez formeront l’équipage de la Lexus RC F GT3 n°23 de l’équipe toulousaine. Celle-ci retrouvera ensuite le Blancpain GT World Challenge Europe, toujours avec Aurélien Panis et Jack Hawksworth au Nürburgring (30 août-1er septembre) et à Budapest (6-8 septembre).
 
« Ce week-end, le résultat importait peu puisque nous étions là avant tout pour travailler et préparer la saison prochaine », concluait Simon Abadie. « Nous voulions surtout nous situer et nous étions curieux de connaître l’équilibre de notre voiture après les évolutions apportées entre les deux courses. Nous avons identifié plusieurs axes d’amélioration, dont les ravitaillements où nous devons redoubler d’efforts. Nous évoluons dans une catégorie d’experts où nos concurrents sont parfaits dans ce domaine, donc nous allons continuer de prendre nos marques tout en faisant confiance à Aurélien et Jack sur le développement de la voiture. Dans tous les cas, notre rythme de course était une grosse satisfaction. Le chemin est encore long pour être au niveau de nos adversaires sur les moindres détails, mais j’ai toute confiance en mon équipe pour poursuivre nos progrès d’ici le Nürburgring. »